PIERRE WITTMANN 

Qui est Pierre ?

Rencontres

Pierre : le peintre

Pierre : l'écrivain

 

___

Page d'accueil

 

Pierre

PIERRE WITTMANN

Pierre : le peintre

Né à Genève le 7 juillet 1943, d’une mère artiste peintre et d’un père écrivain, Pierre Wittmann étudie l’architecture à l’université de Genève, puis crée en 1971 une société d’arts graphiques et d’édition qu’il dirige jusqu’en 1975. Il s’installe l’année suivante à Musiège, un petit village de Haute-Savoie, pour se consacrer à la peinture. Après plusieurs voyages d’étude aux États-Unis et en Amérique du Sud, il quitte l’Europe en 1981, d’abord pour l’Arizona, puis pour Tahiti, où il dé­couvre le yoga et le zen. En 1988, sa quête spirituelle le conduit en Thaïlande ; il vit d’abord à Bangkok, puis à Hua Hin, et depuis 1997 à Chiang Mai. Depuis qu’il a quitté l’Europe, Pierre est toutefois revenu presque tous les étés en France, d’abord à Musiège, et depuis 2007 à Cabrières d’Aigues, en Provence.

Si dans ses nouveaux pays d’adoption, la peinture continue d’être sa principale activité, en 1984, à son arrivée à Tahiti, Pierre commence à écrire un Journal ; puis il publie en 2002 son premier livre, Le guide du bonheur pour le troisième millénaire. À partir de 2006, l’écriture prend plus de place dans sa vie : elle commence à rivaliser avec la peinture.

La peinture de Pierre Wittmann se divise en deux périodes distinctes, qui toutefois se chevau­chent : une période figurative, de 1977 à 1988, et une période abstraite ; même si l’abstraction surgissait déjà de temps à autre dans les peintures figuratives, elle s’installe progressivement pendant le séjour à Tahiti et s’impose vraiment dès l’arrivé en Thaïlande.

Pendant sa période figurative, Pierre peint des sujets contemporains, des visions du monde où il vit : la voie piétonne de Lyon, les golfs de Divonne et d’Aix-les-Bains, Creys-Malville et sa centrale nucléaire, et plus tard les canyons et les paysages désertiques d’Arizona. Il peint aussi les souvenirs et les expériences qu’il rapporte de ses voyages : la solitude de l’homme dans les rues de New York, la douce nonchalance d’un jour férié à Venise, les perspectives baroques des trottoirs de Buenos Aires, l’évolution de la foule devant le Centre Pompidou à Paris, les plages ensoleillées de Copacabana et d’Alexandrie, la vogue du patin à roulettes en Californie, les structures géométriques des gratte-ciel de Denver ou Dallas. À Tahiti, les sujets reflètent sa rencontre avec les peuples du Pacifique, sa découverte de leurs traditions, de leur art et en particulier de leurs danses ; et aussi les visions architecturales qui le fascinent pendant ses voyages : au Pérou, en Australie, en Corée, au Japon.

En 1985, à la suite d’un long séjour en Corée pour étudier la calligraphie chinoise, les Calligraphies couleurs sont les premières peintures qui abandonnent le sujet figuratif pour le remplacer par des symboles : les idéogrammes chinois. Elles seront suivies, pendant les années polynésiennes, par Lettres, Géométries sacrées, Textes sacrés, Alphabets et Apprendre le thaï. À Bangkok, les peintures deviennent encore plus abstraites et les sujets s’inspirent du bouddhisme : Les Quatre Nobles Vérités, Impermanence, Aperçu de la vacuité, Lumière arc-en-ciel, Mantras tibétains, Claire lumière.

À Hua Hin, le bouddhisme n’est plus prépondérant, d’autres sujets spirituels apparaissent : Yi Jing et Ennéagramme ; puis des séries de Compositions multicolores et de Motifs de lumière où même le support des symboles et des thèmes spirituels disparaît. À Chiang Mai, c’est la lumière qui devient le thème essentiel : Rayons de lumière, Ombre et lumière, Peintures de lumière. En 1996, Pierre commence à s’intéresser aux médecines alternatives, étudie le reiki et d’autres techniques de guérison : les Peintures de lumière, en 2000, deviennent des Peintures de guérison.

En 2006 et 2007, les Peintures tantriques reflètent la nouvelle orientation de sa quête spirituelle, à la suite de sa rencontre avec Éric Baret et le yoga tantrique du Cachemire. En 2008, la série Silence évoque la rencontre du silence intérieur et des églises romanes de Provence. Dès 2009, des peintures plus lyriques, Mouvance, Mutation et Poèmes de couleurs, tentent d’exprimer le lien intime que Pierre découvre, dans sa quête spirituelle, entre la peinture et la poésie.

La peinture figurative de Pierre Wittmann est proche de la nouvelle figuration et des hyperréa­listes ; toutefois, si son message se dégage d’un cadrage très personnel de la vision du monde, ses sujets sont également le point de départ d’une composition esthétique et d’une recherche de couleurs. Pierre utilise la peinture acrylique, qui convient fort bien à son graphisme simple : les formes définies d’un seul trait sont traitées en aplats de couleurs vives. La fraîcheur et la vitalité de son style se retrouvent dans les nombreuses sérigraphies qu’il a éditées en Suisse et aux États-Unis.

En passant à la peinture abstraite, Pierre Wittmann n’abandonne pas seulement le support des sujets et des formes figuratives – paysages et personnages – mais aussi l’emploi systématique de formes bien délimitées et d’aplats. Les surfaces de couleur deviennent plus nuancées et franchissent les traits du dessin. Dans les Peintures de lumière et les Peintures de guérison, le dessin disparaît complètement : il ne laisse la place qu’à des taches de couleur. Mais les structures, les lignes, la géométrie, chères à l’architecte, sont souvent sous-jacentes et réapparaissent par périodes.

Ce qui n’a pas changé, à travers toutes ces périodes et tous ces sujets, ce sont les couleurs, toujours vives et lumineuses ; leurs jeux, leurs harmonies, leurs contrastes, reflètent une vision gaie et colorée du monde – qu’il soit intérieur ou extérieur – et la joie de peindre. C’est cette lumière que Pierre Wittmann n’a cessé de poursuivre dans ses voyages et dans la recherche de ses lieux de vie : l’Arizona, Tahiti, la Thaïlande, et maintenant la Provence, où chaque matin, devant ses fenêtres, la montagne Sainte-Victoire lui fait un clin d’œil…